Strapping

SAVOIR FAIRE UN STRAPPING

 

1/ Généralités :

         Les strappings peuvent être faits au niveau de nombreuses articulations : doigts, poignet, coude, etc. Ils sont faits à l’aide debandes adhésives (on peut mettre une fine bande de mousse pour éviter le collage directement sur la peau).

Des strappings peuvent également être réalisés avec des bandes cohésives (et donc non collantes). C’est utile chez les personnes présentant une allergie aux bandes élastiques. Du fait de leur caractère « léger », ils permettent une utilisation précoce de l’articulation (par exemple appui du pied et marche pour la cheville), ce qui autorise une rééducation précoce de l’articulation.

Ils doivent être renouvelés fréquemment. Attention, un strapping, même sur une lésion apparemment peu grave, ne permet pas de faire l’impasse d’un avis médical. En effet, d’une part la lésion pourra parfois être plus grave qu’elle n'en a l’air (petite fracture passée inaperçue) et d’autre part si un strapping est effectivement la solution de traitement retenue, celui-ci devra être efficace, surveillé et renouvelé. 

Il est également recommandé l’arrêt de l’activité en cours, le glaçage de l’articulation, et la surélévation du membre afin d’éviter l’œdème.



Petit conseil utile : il vaut mieux raser le membre avant de faire un strapping pour éviter un arrachage douloureux des poils lors de sa réfection.

Autre conseil : Il faut être attentif à ne pas faire garrot lorsque l'on pose un strapping circulaire (le retirer ou le couper en cas d'importantes douleurs ou de fourmillements importants ou de froideur ou d'insensibilité de l'extrémité). 

Apprendre à faire un strapping n’est pas difficile, sous réserve de le voir faire et d’essayer ensuite de le faire soi-même, alors, n’hésitez à demander ce petit enseignement à votre kiné, votre orthopédiste, votre médecin du sport ou votre médecin généraliste s’il a l’habitude des urgences. 
 

 

2/ Comment strapper ?

        Le strapping est une méthode d'immobilisation ou contention souple. Elle est indiquée comme contention au niveau des membres et des ceintures, tant pour le membre supérieur que pour le membre inférieur. Nous présentons ici les strapping dans les entorses de cheville, de genou, du pouce et au décours des luxations acromio-claviculaires.

Avant la mise en place du strapping, on doit tenir compte de son support, la peau. L'existence de lésions cutanées à type d'érosions, de plaies ou de phlyctènes implique une désinfection préalable et, si besoin, la réalisation d'un pansement.

Une fois la peau protégée, la réalisation d'un strapping efficace et confortable nécessite le respect de quelques règles, quelle que soit la topographie : les embases ou ancrages sont indispensables à la mise en place des bandes posées sous la forme de circulaires ou d'hémi-circulaires, sans tension excessive pour éviter une compression et "un effet garrot". Après la mise en place de l'ancrage, les bandes actives sont posées. C'est la tension de ces bandes qui détermine l'efficacité du strapping.

Le matériel de base est l'élastoplaste, synonyme de bande élastique adhésive, dont la largeur varie avec la topographie de la lésion.


I. Contention dans l'entorse du ligament latéral externe (LLE) de la cheville

1. Indications

Il s'agit de traumatismes en inversion varus équin, c'est-à-dire le pied tourné vers l'intérieur. L'entorse est essentielle ou secondaire à un pied creux, une paralysie L5 ou une affection neurologique. La contention élastique est thérapeutique dans les entorses essentielles et adjuvante dans les autres cas.

2. Matériel

Le matériel nécessaire est le suivant :

· Elastoplaste largeur 6 cm : 2 rouleaux.

· Elastoplaste 3 cm : 1 rouleau.

· Elastomousse ou sous bande : 1 rouleau.

 

3. Technique (figure 1)

 

· Mise en place de l'élastomousse et de 2 compresses protégeant le tendon du jambier antérieur et le tendon d'Achille (1).

 

· Mise en place de 2 ancrages en élastoplaste de 6 cm de largeur (2) :

 

- Un ancrage supérieur, à l'union du tiers inférieur et du tiers moyen de la jambe, sous la forme d'une circulaire appliquée sans tension. 
- Un ancrage inférieur, au niveau de l'avant pied, sous la forme d'une circulaire appliquée sans tension.

 

· Mise en place de 2 étriers verticaux en élastoplaste de 6 cm de largeur :

 

- Le premier étrier est appliqué à la face interne de la jambe, depuis l'ancrage supérieur, passant en arrière de la malléole interne, puis à la face inférieure du talon et revenant sur la face externe de la jambe, jusqu'à l'ancrage supérieur, en passant en arrière de la malléole externe. C'est sur la face externe que la tension mise dans la bande est importante. Il est nécessaire ici de bien étirer la bande pour éliminer partiellement son élasticité (3 et 3bis). 
- Le second étrier vertical est appliqué selon le même principe, mais il doit passer en avant des 2 malléoles et chevauche le premier en tuile, de moitié (4 et 4bis).

 

· Fermeture avec de l'élastoplaste de 3 cm de largeur que l'on découpe en plusieurs bandes de même longueur (5) :

 

Fermeture inférieure : on applique la première bande à la face plantaire, au niveau de l'ancrage inférieur, en rabattant les deux chefs latéraux sur le dessus du pied, sans tension. On procède de la même manière avec les autres bandes en les faisant chevaucher en tuile à demi, jusqu'à ce que l'on atteigne le devant de la jambe.

- Fermeture supérieure : on applique la première bande à la face postérieure de la jambe, en rabattant les deux chefs latéraux sur le devant de la jambe, depuis l'ancrage supérieur, jusqu'au niveau des malléoles. Les bandes successives doivent se chevaucher en tuile et être posées sans tension.


4. Durée d'immobilisation

Elle est de 15 jours pour les entorses bénignes et de 5 semaines pour les entorses graves.

Il faut souligner la gravité et l'importance du diagnostic de variété.


 

Il. Contention de l'épaule

1. Indications 
Ce sont les disjonctions ou luxations acromio-claviculaires et les fractures de la clavicule peu ou pas déplacées.

Dans les disjonctions acromio-claviculaires, comme pour les entorses de chevilles, on doit être vigilant et éliminer tout ce qui n'est pas justifiable de la méthode qui sera réservée aux formes sans déplacement ou de déplacement inférieur à 5 mm (stades 0 et 1).


2. Technique (figure 2)

 

· Protection du mamelon (1).

· Ancrage thoracique et brachial (1).

· Demi-circulaire de thorax (1).

· Jeu d'attelles allant de l'ancrage thoracique à l'ancrage brachial (2 et 3).

· Demi-étriers postérieurs et antérieurs pour réaliser le verrouillage du thorax en abaissant la clavicule (4 et 5).

· Demi-circulaire de thorax (6).

 

3. Durée de port

4 semaines

 

 

III. Contention du pouce

1. Indication

C'est l'entorse du ligament latéral ulnaire de la métacarpo-phalangienne du pouce, pour stabiliser la prise pouce-index sur son versant externe. Le traitement de l'entorse grave peut être chirurgical.

2. Matériel

Le matériel nécessaire est le suivant :

 

· Elastoplaste largeur 6 cm : 1 rouleau.

· Elastoplaste 3 cm : 1 rouleau.

· Elastomousse ou sous-bande : 1 rouleau.

 

 

3. Technique (figure 3)

 

· Ancrage en élastoplaste de 6 cm au niveau poignet (1).

 

- Attelle de limitation du valgus et de la rotation interne en élastoplaste de 3cm (2).

 

· Attelle de limitation de la flexion de la métacarpo-phalangienne en élastoplaste de 3 cm (3).

· Attelle de limitation du varus et de la rotation externe en élastoplaste de 3cm (4).

 

· Ancrage en élastoplaste (5). 

 

4. Durée de port

Cette durée va de 12 à 15 jours pour les entorses bénignes, de 4 à 5 semaines pour les entorses graves.

 

 

IV. Contention du genou

1. Indication

C'est l'entorse bénigne du ligament latéral interne (LLI). Les autres lésions doivent être éliminées par l'examen clinique et les radios. L'entorse grave du LLI isolée peut-être traitée par cette méthode.

2. Matériel

Le matériel nécessaire est le suivant :

 

· Elastoplaste largeur 6 cm : 2 rouleaux,

· Elastoplaste largeur 3 cm : 1 rouleau,

· Elastomousse ou sous-bande : 2 rouleaux.

 

 

3. Technique (figure 4)

· Mise en place de 2 bandes d'élastoplaste d'ancrage 10-15 cm, au-dessus et au-dessous du genou, ouvertes en arrière pour ne pas comprimer les vaisseaux (1).

· Mise en place de 2 étriers verticaux en élastoplaste de 6 cm de largeur (2) :

- Le premier est appliqué à la face interne de la jambe, depuis l'ancrage supérieur jusqu'à l'ancrage inférieur.

- Le deuxième étrier vertical est appliqué à la face externe de la jambe (3).

· Alternance des circulaires et étriers. Enfin croisements antérieurs (4).

 

4. Durée de port

Cette durée va de 12 à 15 jours pour les entorses bénignes, de 4 à 5 semaines pour les entorses graves.

 

 

 

V. Conclusion

La technique du strapping pour les lésions évoquées donne d'excellents résultats. Ces bons résultats sont largement fonction de la rigueur apportée à la confection de l'appareillage.

Flora Mounier est devenu membre 19 jours
vwbenreno est devenu membre 20 jours
US PONS vient de remporter le trophée 1000000 visites 10 mois
Richard Forel est devenu membre 12 mois
LOTO 12 mois
1-4
ST SEVERIN/PALL. ENT / PL 1 an
ST SEVERIN/PALL. ENT / PL : résumé du match 1 an
Max Ibrahimović Pogba est devenu membre 1 an
2-9
U12-U13 à 8 / ST GENIS SAIN 1 an
U12-U13 à 8 / ST GENIS SAIN : résumé du match 1 an
Thomas Gaschet a signé le livre d'or 1 an
1-1
U12-U13 à 8 / E.S. THENACAISE 1 an
U12-U13 à 8 / E.S. THENACAISE : résumé du match 1 an
4-0
OLERON FC / U14-U15 1 an
OLERON FC / U14-U15 : résumé du match 1 an
mai
E.s.a.b 96 Fc
9-1
mai
U.s. Saujon
3-1
B
mai
1-2
C.s. Bussac Foret
mai
G.j. Estuaire Footba

Aucun événement